mercredi 29 juin 2022  
Recherche
  
Phototh?¨que Sahara
Musique El Haule
Carte satellitaire
Carte routi?¨re
 

 Suite

La Papouasie-Nouvelle-Guinée a mis en avant, devant le Comité des 24 (C24) de l'ONU, le soutien international grandissant en faveur du plan d’autonomie présenté par le Maroc pour clore le différend régional autour du Sahara.

"Il est en effet agréable de noter le soutien international croissant à cette proposition de compromis crédible et nous sommes encouragés par un tel soutien qui aidera toutes les parties prenantes concernées dans ce différend à trouver une solution durable et pacifique" à ce conflit régional, a souligné Représentant permanent de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, Max Hufanen Rai, lors de la réunion annuelle du C24 à New York.

Pour la Papouasie-Nouvelle-Guinée, un dialogue inclusif à tous les niveaux pour toutes les parties prenantes est un "outil important" pour favoriser une compréhension mutuelle et jeter des ponts vers un règlement politique de cette question importante au profit de toutes les parties concernées, a-t-il indiqué.

Cette solution, a-t-il insisté, doit être basée sur des réalités pratiques, un esprit de bonne foi et le compromis tel que stipulé par le plan d’autonomie “louable” présenté par le Maroc et conformément à la Charte des Nations Unies, aux 18 résolutions du Conseil de sécurité adoptées depuis 2007 ainsi qu’aux résolutions pertinentes de l’Assemblée générale de l’ONU.

Le diplomate a, en outre, exprimé le “plein soutien” de son pays au processus politique mené sous l’égide du SG de l’ONU visant à parvenir à une solution politique mutuellement acceptable, négociée et durable, tout en appelant à encourager davantage le momentum important actuel.

“Nous encourageons cet élan positif pour trouver une solution politique durable acceptable pour toutes les parties concernées”, a-t-il encore indiqué, saluant par la même les efforts de paix, de stabilité et de sécurité dans la région, notamment le plein respect par le Maroc du cessez-le-feu. Il a, dans ce cadre, appelé les autres parties à suivre l’exemple du Royaume.

M. Rai a, par ailleurs, mis en avant les efforts continus du Maroc en faveur du développement durable dans les provinces du Sud à travers notamment des investissements socio-économiques et infrastructurels substantiels, qui transforment la vie des populations locales.

Le diplomate a également salué les actions entreprises par le Royaume pour améliorer la participation politique au Sahara marocain.

Le diplomate a, par ailleurs, souligné l’urgence de s’attaquer à la situation des droits de l’homme dans les camps de Tindouf dans le sud-ouest de l’Algérie, dénonçant des “violations” des droits fondamentaux, en particulier ceux des femmes et des enfants. Ces violations ne cessent d’être pointées du doigt par la communauté internationale, a-t-il dit.

M. Rai a appelé à l’enregistrement et au recensement des populations dans ces camps conformément au mandat du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), au droit international humanitaire, à toutes les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, y compris la résolution 2602, ainsi qu’aux recommandations du Secrétaire général des Nations Unies.

-Actualité concernant la question du Sahara occidental/Corcas-


 

   
  
 

 
Accueil   |  Histoire du Sahara   |  Géographie  |  Patrimoine Hassanie  |  Affaires Sociales  |  Economie  |  Infrastructure Institutions  |  Contact
 
  Copyright © CORCAS 2022 - Tous droits réservés