dimanche 21 octobre 2018  
Recherche
  
Phototh?¨que Sahara
Musique El Haule
Carte satellitaire
Carte routi?¨re
 

 Suite

Le Maroc a fait preuve d'ouverture en proposant une autonomie régionale au Sahara à l'instar de ce qui est en vigueur dans d'autres pays notamment en Europe, a souligné M. Alain Hutchinson, député du Groupe socialiste au Parlement européen, rapporte la MAP.


L'intervention de l'eurodéputé a eu lieu dans le cadre d'un débat qui devait se tenir en présence des représentants du Maroc, mais la participation marocaine a été rendue impossible à cause de l'ingérence de la présidente de la délégation Maghreb au Parlement européen, Luisa Fernanda Rudi Ubeda, dans la composition de la délégation marocaine.

Prenant la parole, M. Hutchinson, qui assure la vice-présidence de la délégation Maghreb, a affirmé que depuis trente ans la question du Sahara a connu une évolution et que beaucoup de choses ont changé.

"Nous avons un Maroc qui change et qui fait preuve d'une ouverture témoignant d'une évolution de la part des autorités marocaines et de l'autre côté un polisario qui s'est racrapoté autour de ses idées et qui voit régulièrement ses membres retourner vers le Maroc", a-t-il dit.

Il a précisé à ce propos que les sahraouis ne sont pas concentrés sur les seuls camps de Tindouf, en territoire algérien, mais sont un peu partout.

L'eurodéputé a, à cet égard, appelé le parlement européen à prendre en compte l'évolution de la question et à réfléchir sur la proposition d'autonomie.

"Face à une situation de blocage qui dure depuis tant d'années et à une ouverture qui témoigne d'une évolution de la part des autorités marocaines, il faut arrêter de se balancer des slogans dans la figure, mais plutôt réfléchir à la proposition marocaine qui mérite qu'on s'y arrête", a-t-il dit.

"Je crois qu'il y a une évolution politique et en politique il faut faire preuve de pragmatisme", a-t-il martelé.

Au début de la rencontre, Mme Luisa Fernanda Rudi Ubeda, présidente de la délégation pour les relations avec les pays du Maghreb au parlement européen a informé l'assistance que le bureau de la délégation s'est réuni peu avant le début de cette rencontre et a décidé, qu'en l'absence du Maroc, la parole sera limitée au représentant des Nations Unies et aux députés européens qui désirent prendre la parole.

En dépit de cette décision, l'ambassadeur algérien a demandé à deux reprises la parole, mais il s'est vu infliger un sérieux camouflet quand la présidente de la délégation lui a rappelé qu'aucun intervenant des parties présentes n'aura la parole, en l'absence du Maroc.

Les gesticulations du diplomate algérien ont suscité l'étonnement de l'assistance, ce qui témoigne d'une attitude qui en dit long sur le soi-disant "désintérêt" de son pays dans un conflit où il prétend ne pas être partie, mais dont il est le principal instigateur.

Auparavant, le représentant des Nations Unies, M. Jean-Luc Onkelinx avait passé en revue l'évolution historique de la question du Sahara et le rôle des Nations Unies visant à trouver une solution au conflit.

  Source: MAP

 

 

 

   
  
 

 
Accueil   |  Histoire du Sahara   |  Géographie  |  Patrimoine Hassanie  |  Affaires Sociales  |  Economie  |  Infrastructure Institutions  |  Contact
 
  Copyright © CORCAS 2018 - Tous droits réservés