mardi 23 janvier 2018  
Recherche
  
Phototh?¨que Sahara
Musique El Haule
Carte satellitaire
Carte routi?¨re
 

 Suite

Le Secrétaire général du Conseil Royal Consultatif des Affaires Sahariennes (CORCAS), M. Maouelainin Maouelainin Ben Khalihenna, a reçu, jeudi au siège du Conseil à Rabat, une délégation du Gouvernement autonome de la région de Sicile, conduite par le ministre régional des finances, M. Guido Lo Porto.


M. Maouelainin Maouelainin Ben Khalihenna a exposé, lors de cette rencontre avec la délégation, composée de Mme Halima Hadir, experte de la région dans les relations avec les pays méditerranéens, et M. On Motta, secrétaire général du Comité permanent pour le partenariat euroméditerranéen (COPPEM), les missions et objectifs du CORCAS.

Les missions du CORCAS, a-t-il dit, se résument à l’instauration de la réconciliation générale entre tous les Sahraouis, l’élaboration du projet d’autonomie des provinces du sud, sous souveraineté marocaine, et la contribution au développement socio-économique dans cette région du Royaume.

Le problème du Sahara a été créé en dehors des frontières du Sahara en 1973 par des jeunes universitaires sahraouis qui poursuivaient leurs études à l’université Mohamed V à Rabat, a précisé M. Maouelainin Maouelainin Ben Khalihenna. 

Ces étudiants avaient manifesté à Tan Tan pour l’amélioration de leurs conditions socio-économiques et pour pousser le Maroc à récupérer son Sahara. Mais, ils avaient été mal compris par l’Administration marocaine qui ne pouvait pas à l’époque satisfaire leurs revendications, a-t-il poursuivi.

En 1973, a-t-il ajouté, ces universitaires se sont rendus à Zouierat, en Mauritanie, où ils ont créé leur mouvement politico-militaire, le front Polisario. Une guerre, qui a duré entre 1976 et 1991, s’en est suivie, sans qu’aucune avancée ne soit réalisée.

La guerre n’ayant donc mené nulle part, les Nations unies sont intervenues pour l’organisation d’un référendum basé sur l’identification. Néanmoins, l’ONU a convenu par la suite de l’impossibilité de réaliser ce référendum, puisque les Sahraouis ne se trouvent pas uniquement au Maroc, mais aussi en Algérie, en Mauritanie et au Mali, ce qui exige le changement des frontières de ces pays, chose inadmissible et impensable au 21 ème siècle.

Pour M. Maouelainin Maouelainin Ben Khalihenna, deux possibilités sont à envisager, soit laisser le statu quo avec tout le danger que cela implique, notamment avec l’infiltration de l’organisation Al Qaida dans cette région, soit adhérer au projet d’autonomie proposé par le Royaume du Maroc.

Le projet d’autonomie, sous souveraineté marocaine, a-t-il souligné, est le seul moyen de régler définitivement le problème du Sahara car « il satisfera tout le monde ».

Le Maroc gardera sa souveraineté sur ses provinces du sud, les revendications des sahraouis seront satisfaites et l’Algérie sortira la tête haute de ce conflit.

« Nous espérons que le projet d’autonomie, sous souveraineté marocaine,  sera la base du règlement définitif du conflit du Sahara », a conclu M. Maouelainin Maouelainin Ben Khalihenna.

  Source: CORCAS

 

 

   
  
 

 
Accueil   |  Histoire du Sahara   |  Géographie  |  Patrimoine Hassanie  |  Affaires Sociales  |  Economie  |  Infrastructure Institutions  |  Contact
 
  Copyright © CORCAS 2018 - Tous droits réservés