samedi 18 novembre 2017  
Recherche
  
Phototh?¨que Sahara
Musique El Haule
Carte satellitaire
Carte routi?¨re
 

 Suite

La République centrafricaine (RCA) a fustigé, vendredi devant la 4ème Commission de l’Assemblée générale de l’ONU, les manoeuvres des « autres parties » ayant entravé jusqu’ici le règlement définitif de la question du Sahara.

« Tous les plans de règlement de ce différend proposés (…) ont été voués à l’échec en raison des manœuvres, obstacles et revirements des autres parties », a déclaré l’Ambassadrice, représentante permanente de la RCA à l’ONU, Ambroisine Kpongo.

Cette situation a amené le Conseil de sécurité à préconiser, depuis 2004, la négociation d’une solution politique mutuellement acceptable comme seul et unique moyen de résoudre le différend sur le Sahara, a rappelé Mme Kpongo.

Dans ce cadre, la République centrafricaine “se félicite des efforts du Maroc, qualifiés par le Conseil de sécurité depuis 2007 de "sérieux et crédibles", et qui sous-tendent la proposition marocaine d’autonomie pour la région du Sahara”, a souligné la diplomate centrafricaine.

La RCA, a-t-elle dit, soutient le processus de négociation, sous l’égide de l’ONU, “lancé à la faveur de l’Initiative marocaine d’autonomie, et réitère l’appel du Conseil de sécurité à toutes les parties à faire preuve de réalisme et d’esprit de compromis pour le règlement de ce différend régional”.

Pour Bangui, la solution de ce différend de longue date et le renforcement de la coopération entre les Etats membres de l’Union du Maghreb Arabe “contribueront à la stabilité et à la sécurité dans la région du Sahel et en Afrique”, a remarqué Mme Kpongo.

Elle a, en outre, souligné que le contexte historique confirme que le Sahara constitue “la continuité du territoire marocain”. Elle a cité, à cet égard, les accords internationaux sur le Sahara, “dont celui de Madrid, qui consacrent la marocanité du Sahara”.

La diplomate centrafricaine s’est, par ailleurs, réjouie des “importants investissements” consentis par le Maroc pour la mise à niveau de cette région, et de la tenue dans cette partie du Royaume d’élections législatives et communales “qualifiées de libres, crédibles et démocratiques par les observateurs internationaux et nationaux, et qui ont hissé à la tête des institutions des femmes et des homes originaires de la région du Sahara”.

La 4ème Commission de la 72ème session de l’Assemblée générale de l’ONU se tient en présence de dizaines de diplomates, de juristes, d’universitaires et d’acteurs associatifs.

-Actualité concernant la question du Sahara occidental/Corcas-

 

   
  
 

 
Accueil   |  Histoire du Sahara   |  Géographie  |  Patrimoine Hassanie  |  Affaires Sociales  |  Economie  |  Infrastructure Institutions  |  Contact
 
  Copyright © CORCAS 2017 - Tous droits réservés